Technologies
GMAO, Optimisez la pérennité de vos équipements!
Déloiement PGI : ce qu'il faut surveiller !
Comment voir l'invisible ?
RFID
Télé alerte :
Simple comme un coup de fil !
Informatique mobile,
des sauts de puces
qui vont loin !
L'ascension de Linux:
Qu'est-ce que Linux ?
GED : un pas
de plus vers
la dématérialisation
Quand l'entreprise penche pour l'infogérance
L'ascension du travail collaboratif
L'offre bureautique dans les collectivités
La GED prend assurément le dessus
CAO / DAO Les nouvelles perspectives
L'e-procurement et la fonction achat ?
L'e-manufacturing : produire à l'heure du web
Bureautique et communication : état des lieux
Ingénierie collaborative: l’ère du plateau virtuel
  Environnement
Déchets : Maîtrisez la gestion des déchets !
L’esthétique gagne les lieux publics !
Comment faire maigrir la poubelle ?
Véhicules propres
Les aides à l'achat !
Nuisances urbaines
et incivilités
L'amélioration du cadre de vie !
La gestion des dé- chets : des solutions innovantes
Environnement, de nouveaux enjeux
Les enjeux de la gestion des déchets
Déchets industriels spéciaux :
la réglementation
en vigueur
Environnement : l'avenir est au vert
Écologie : les dsi se mettent au vert !
  Industrie
Construction : Une alternative économique aux constructions traditionnelles !
Robotique : Quand les délocalisations font place à la ..."robocalisation" !
Les avantages de la SCM
Des robots moins chers et plus performants !
Matériel informatique : Pourquoi choisir un PC industriel ?
ERP : ce qu'il faut savoir !
Sous-traitance : Qu’apporte la croissance ?
Usine numérique
Du rêve...
à la réalité ?
L'entreprise à l'assaut de la gestion des risques
Les ERP un nouvel atout pour les PME/PMI
La qualité au coeur de toutes les attentions
Normes ISO,
la nouvelle donne
L'entreprise face
au risque incendie
La maintenance en pleine mutation
L'entreprise face à la gestion des risques
  Zoom
Formation : Comment optimiser vos démarches de formation ?
Monétique : Les cartes ne manquent pas d’atouts !
Aménagement de bureau : L’open space gagne du terrain !
Prévention des risques : un choix économiquement judicieux !
Sous-traitance : Faire ou faire-faire ?
Comprendre, choisir et mettre en place la carte achat
Mieux appréhender les atouts du MES
GED : quel impact pour votre organisation
E-administration : les collectivités sur tous les fronts !
Informatique industrielle : les métiers en pointe !
Carte d'achat : l'heure est à la mise en place !
Libération du marché de l'énergie
Multiservices - multitechniques
Formation professionnelle
Recrutement
Carte d'achat
Ergonomie : L’amélioration des conditions de travail dans l’entreprise
Nouveau Code des Marchés Publics, une évolution plus qu'une révolution !
Ergonomie au travail : Lutter contre les pathologies professionnelles !
Personnes à Mobilité Réduite : L'accessibilité des personnes handicapées
Bien choisir une SSII:
Les clés de la
réussite !
Du parasitage...
à l'espionnage !
Rationaliser
les prestations de sécurité
et de surveillance !
Les points clé
pour externaliser
le nettoyage !
L'accueil téléphonique
L'achat de prestations intellectuelles
La Carte d'achat au service des collectivités
Infogérance Confier la gestion de son système informatique en toute confiance
La GRC Un marché plein d'avenir
La Formation :
Une nouvelle forme du travail ?
La formation:
mode d'emploi
Le recrutement affaire de méthode
Les nouvelles facettes de la fonction achat
De la sous-traitance à l'externalisation
Comment bien acheter des prestations de traduction
les DRSG, au coeur de l'évolution des entreprises
Activités de support, ayez le réflexe FM !
Des formations plus proches du terrain !
Une offre variée et adaptée !
Carte d’achat : retour d'expérience
CRM : améliorez la relation client !
A.S.P. : acheter ou louer vos logiciels ?
Améliorer le quotidien de tous !
  Lettre d'info
Inscrivez-vous
pour recevoir la
newsletter ACHATS DIRECTS
  Acheteurs Info
Info éditeur
Contactez-nous
Plan du site
  Nos partenaires
www.achatsdirects.fr
 
Vous êtes ici : Focus > La sous-traitance : enjeux et limites

La sous-traitance : enjeux et limites

Le recours à la sous-traitance est une pratique largement utilisée par les moyennes et grandes entreprises. Aujourd'hui, aidées par les Ntic, les PMI leur emboîtent le pas et concluent de véritables partenariats avec des entreprises du monde entier. Mais sous-traiter une partie de ses activités pour se concentrer sur son coeur de métier est une opération délicate. En connaître tous les aspects peut éviter bien des mauvaises surprises aux entreprises qui souhaitent s'engager dans l'aventure. Décryptage.

Se recentrer sur son coeur de métier
Etablir un véritable partenariat
Les différents types de sous-traitance
Les NTIC à la rescousse des PMI
Une source possible de conflits
L'entreprise dématérialisée : un mythe ?
   
 Zoom sur :   ACHATS DIRECTS : Les Editeurs de Logiciels 

 

 
 
 Zoom sur :   A qui s'adresser pour en savoir plus ?


Se recentrer sur son cœur de métier

Le marché de la sous-traitance et de l'externalisation se développe considérablement. Les entreprises doivent en effet faire face à une concurrence exacerbée par la mondialisation des échanges et le développement des Ntic. Pour rester compétitives, elles ont tendance à repenser leur organisation afin de se recentrer sur leur coeur de métier, et confient à des entreprises spécialisés les fonctions à faible valeur ajoutée ou les activités qu'elles ne maîtrisent pas parfaitement. Ce processus d'externalisation prend alors le plus souvent la forme d'un véritable partenariat : le contrat de sous-traitance.



Etablir un véritable partenariat

On observe aujourd'hui un recours accru à l'externalisation des fonctions liées à la production, à la technologie et à l'administration. Les PMI n'ont pas toujours les moyens de disposer d'équipes suffisamment compétentes dans ces domaines. Les raisons d'un tel choix sont généralement d'ordres financier et logistique, la sous-traitance permettant à l'entreprise donneur d'ordre de réduire ses coûts de production (machines, main d'œuvre,...) et d'optimiser sa gestion de trésorerie. Plus, la sous-traitance devient une excellente alternative lorsque l'entreprise est incapable de faire face à un surplus de commandes exceptionnel.

Mais la sous-traitance doit se concevoir comme un partenariat établi entre le donneur d'ordre et le preneur d'ordre (la subordination étant illégale). Il est donc indispensable de définir un projet dans lequel les parties produisent, conçoivent et travaillent en commun. Et si la sous-traitance permet à l'entreprise de se recentrer sur son cœur de métier, il faut que cette dernière garde à l'esprit que tout partenariat entraîne une délégation d'activités susceptible de créer une dépendance parfois nuisible vis-à-vis du preneur d'ordre. Cet aspect doit être absolument pris en compte par le donneur d'ordre lors de la signature ou la reconduction d'un contrat de sous-traitance.



Les différents types de sous-traitance

L'entreprise aura recours à la sous-traitance de spécialité lorsque elle estime ne pas disposer du savoir-faire adéquat pour fabriquer un produit ou réaliser une prestation.
La sous-traitance de capacité consiste à faire appel à un sous-traitant lorsque l'entreprise est dans l'incapacité de répondre au flux de commandes dans les délais impartis. L'entreprise peut dès lors ajuster sa capacité de production de l'entreprise en fonction des pics de commandes.
On parle de sous-traitance de marché lorsque qu'une entreprise confie à une autre entreprise l'exécution d'un marché qu'elle a conclu avec un maître d'ouvrage. Ce type de collaboration repose sur deux contrats (le contrat de sous-traitance et le contrat principal) qui lient 3 acteurs : le maître de l'ouvrage, l'entrepreneur principal et l'entreprise sous-traitante. Cette pratique ouvre la voie à une collaboration de plus en plus fréquente dans certains domaines activités : La sous-traitance en cascade ou en chaîne où le sous-traitant devient lui-même donneurs d'ordres.



Les NTIC à la rescousse des PMI

Ce sont le plus souvent les moyennes et grandes entreprises (+ de 150 salariés) qui ont recours à la sous-traitance dans la mesure où les frais demeurent relativement importants (recherche d'un site, d'un fournisseur local, mise en place de systèmes de communication...).
Pourtant, avec les nouvelles technologies de l'information, les PMI disposent de solutions relativement performantes pour un coût peu élevés. Le réseau des réseaux, par exemple, propose une offre abondante de places de marché B to B virtuelles qui leur permettent de poster leur offres, d'affiner leur recherches et de trouver des entreprises sous-traitantes dans des domaines les plus divers. Par ailleurs, les relations avec les sous-traitants peuvent désormais être facilitées par la mise en place de systèmes élaborés de transmission d'information de type EDI.



Une source possible de conflits

Nous l'avons dit plus haut, la sous-traitance se conçoit comme un partenariat. Un partenariat engendre nécessairement des dépendances et l'arrivée d'un nouveau partenaire peut être le déclencheur de nombreuses réactions aux conséquences difficilement mesurables. Le donneur d'ordre peut perdre un certain contrôle sur sa production et peut se trouver en situation de dépendance, une position parfois inconfortable lors du renouvellement du contrat de sous-traitance. En outre, des problèmes à l'intérieur de l'entreprise donneuse d'ordre peuvent surgir : Une démotivation du personnel qui peut croire - à juste titre - que la sous-traitance (l'externalisation des tâches) est le prélude à une restructuration plus profonde de l'entreprise (réévaluation des postes et des plans de carrière, baisse des coûts, réduction des formations, éventuels licenciements,...).



L'entreprise dématérialisée : un mythe ?

Confier la totalité d'une fonction ou d'un service de l'entreprise à un prestataire externe n'est pas une opération anodine. Si aujourd'hui, aucune entreprise ne peut se permettre de consacrer une part significative de son énergie aux taches à faible valeur ajoutée, il lui faut néanmoins prendre en compte les répercussions sur les plans financier (sous estimation des frais de transport, d'importation, de douanes...) et - surtout - humain (perte de confiance des employés...) de la sous-traitance. Car si elle modifie en profondeur l'organisation de l'entreprise pour la rendre plus flexible et plus réactive... bref plus compétitive, elle représente un coût pour l'entreprise et son personnel. Un paramètre important à ne pas ignorer... pour que les espoirs soulevés par la sous-traitance ne deviennent pas de simples voeux pieux.



 A QUI S'ADRESSER POUR EN SAVOIR PLUS

LE MIDEST
www.midest.com

L'ANNUAIRE DE LA SOUS-TRAITANCE
www.sous-traiter.com